Une rhinoplastie secondaire, qu’est-ce que c’est ?

Il peut arriver que suite à une première opération de chirurgie esthétique du nez, le patient ne soit pas satisfait de la nouvelle forme de son nez, ou que le nez présente quelques défauts à corriger. Le patient pourra alors bénéficier d’une rhinoplastie secondaire, c’est-à-dire d’une deuxième intervention de chirurgie plastique du nez afin de modifier les résultats obtenus par la première opération. Dans quels cas cette opération est envisagée ? Et comment se déroule l’opération ?

Dans quelles situations recourir à une rhinoplastie secondaire ?

Plusieurs cas peuvent amener le patient à envisager de recourir une deuxième fois à une opération de chirurgie esthétique du nez :

  • La nouvelle forme du nez n’est pas satisfaisante, ou ne convient pas aux attentes du patient
  • Une erreur chirurgicale durant l’opération qui a influé sur le résultat final
  • Des complications suite à l’opération ou un problème lié à une mauvaise cicatrisation
  • Un nez à la forme asymétrique après l’opération
  • Des narines soit trop élargies, soit trop rétractées
  • Une correction insuffisante de la bosse du nez

Les défauts constatés à la suite de l’opération peuvent être situés dans différentes parties du nez (les narines, la pointe, etc.). En fonction du défaut à remédier et de son ampleur, le patient devra attendre entre 6 à 12 mois après la première rhinoplastie afin de pouvoir réaliser une deuxième intervention.

Comment se déroule une rhinoplastie secondaire ?

L’intervention se déroule sous anesthésie générale, la durée de l’opération et les gestes chirurgicaux à réaliser seront différents en fonction des défauts constatés et de l’importance de la correction à réaliser. Les principaux défauts qui peuvent être corrigés durant l’opération :

  • Défauts de la pointe du nez : si le patient souffre d’une grosse pointe de nez, alors la solution sera de supprimer le cartilage alaire en excès ou de suturer les cartilages. Si la pointe nasale est arrondie, alors il faudra remettre la peau nasale en tension afin d’affiner la pointe. Enfin, si la pointe nasale est déviée, alors elle sera rectifiée chirurgicalement.
  • Défauts du dorsum nasal : un des défauts les plus constatés au niveau du dorsum est sa déviation, qui peut être rectifié en réalisant une ostéotomie. Il est également possible de constater une petite bosse du nez résiduelle, qui sera corrigée à la râpe. S’il s’agit de corriger un bec de corbin (corbin cartilagineux ou bien corbin cutané), alors la solution sera soit d’enlever l’excès de peau, soit du supprimer l’excès de cartilage.
  • Défauts des narines nasales : suite à une première rhinoplastie, les narines peuvent être soit évasées, soit au contraire rétractées. Pour traiter le premier cas, il est possible de réduire la longueur des narines. Dans le cas de narines rétractées, la solution sera de faire une greffe de cartilages sur le bord des narines.

Lire aussi: À partir de quel âge peut-on réaliser un lifting du visage ?

Les suites de l’opération

Comme pour une rhinoplastie classique, après l’opération le patient pourra ressentir quelques douleurs, qui pourront être atténuées grâce à des antalgiques classiques. Les principaux défauts dont souffrait le nez sont corrigés, le résultat de l’opération sera définitif après un an de l’opération.