La chirurgie plastique réparatrice après une opération de l’obésité

chirurgie esthétique

L’obésité est un problème de santé majeur qui touche une grande partie de la population.

Sleeve gastrectomie, by-pass ou anneau gastrique (voir les différentes techniques de chirurgie de l’obésité)… La chirurgie bariatrique, ou chirurgie de l’obésité, consiste à réduire la capacité de l’estomac afin de diminuer la quantité d’aliments ingérés avec, à la clé, une importante perte de poids.

Un amaigrissement important, suite à la chirurgie de l’obésité ou à une grossesse, engendre des changement inesthétiques au niveau de différentes parties du corps et du visage qui se manifestent en forme  d’importants excès de peau, perte et relâchement des seins et dans certains cas des amas graisseux résiduels et localisés réticents à l’amaigrissement.

Pour corriger les disgrâces physiques, suite à une importante perte de poids, beaucoup de personnes ont recours à la chirurgie plastique réparatrice.

En quoi consiste la chirurgie réparatrice ?

La chirurgie plastique réparatrice permet d’assurer un remodelage de l’ensemble de la silhouette, en retirant ces excès de peau et de graisse.

il existe différentes interventions chirurgicales de remodelage du corps qui peuvent être recommandées pour aider à améliorer la silhouette.

Les zones concernées sont plus ou moins nombreuses selon les patients, preuve que l’élasticité tissulaire varie d’un individu à l’autre. Ces zones sont le visage, le cou, les bras, la poitrine, l’abdomen, les fesses et les cuisses.

Les interventions de chirurgie plastique sont souvent nécessaires pour permettre au patient de récupérer la silhouette qu’il souhaite.

Les zones concernées par la chirurgie réparatrice suite à un amaigrissement important :

  • Les seins : Ils deviennent tombants, présentant ainsi une ptôse mammaire fréquemment associée à une perte du volume mammaire nécessitant la pose de prothèses mammaires. Dans certains, il persiste un volume mammaire trop important de glande ou de graisse qui sera traiter par une réduction mammaire.

L’intervention adéquate : plastie mammaire (lifting des seins). En cas d’hypotrophie, des prothèses seront associées au lifting des seins. Une réduction mammaire sera associée au lifting dans le cas d’une hypertrophie mammaire.

La chirurgie des seins permettra de remettre l’aréole et le mamelon dans leurs bonnes positions, de reconcentrer et ascensionner la glande mammaire et d’éliminer l’excès de peau en vue d’obtenir deux seins harmonieux, ascensionnés et joliment galbés.

  • L’abdomen : l’excès de peau au niveau de l’abdomen donne un aspect de tablier du ventre. La peau pend jusqu’à recouvrir le pubis. Les muscles abdominaux sont relâchés.

L’intervention adéquate :L’abdominoplastie ou la plastie abdominale qui peut être associée à une liposuccion de la ceinture abdominale et une remise en tension des muscles de l’abdomen (cure de diastase).

Dans le cas d’un excès de peau circulaire (concerne aussi le dos) le traitement repose sur un bodylift.

  • Le Bodylift : comprend plusieurs zones :
  • Les fesses : l’amaigrissement s’accompagne le plus souvent d’une diminution de la masse graisseuse associée à un affaissement des fesses. Le bodylifti associé à une injection de graisse au niveau des fesses (lipofilling) permet de recréer des fesses plus volumineuses et galbées.
  • Les bras : l’excès de peau se trouve généralement à la face interne des bras, il est généralement accompagné d’un excès de graisse résiduel malgré l’importante perte de poids.

L’opération adéquate Lifting des bras, associé à une éventuelle liposuccion des bras.

  • Les cuisses : La peau en excès pend le plus souvent à l’intérieure des cuisses. Le plus fréquent la graisse persiste au niveau de cette zone et au niveau de la culotte de cheval.

L’opération adéquate : le lifting des cuisses internes associé à une liposuccion. Cette technique permet de réduire l’infiltration de graisse à l’aide d’une liposuccion, d’éliminer l’excès cutané et de suspendre la peau restante qui sera retendue d’une façon efficace.

  • Le visage : La peau au niveau de cette zone se rétracte facilement. Cependant, en s’amaigrissant, la peau du visage peut avoir un effet tombant.

L’opération adéquate : Un lifting cervico-facial du visage associé dans certains cas à une injection de graisse (lipofilling du visage) au niveau des pommettes ou de certains sillons.

La prise en charge de ces interventions par la sécurité sociale :

Dans certains cas une prise en charge de la sécurité sociale peut avoir lieu et peut être totale ou partielle.

Certaines conditions  doivent être présentent pour une prise en charge totale :

  • Les seins et la cure de ptôse : à partir de 300 grammes retirés à chaque sein l’intervention pourra être prise en charge par la sécurité sociale  après perte de poids ou lors d’une asymétrie. Les cas de prise en charge pour un lifting mammaire ou une augmentation mammaire par prothèses sont beaucoup plus rares.
  • L’abdomen :  Prise en charge en cas de dégradation majeure de la paroi abdominale. Les critères sont que la peau du ventre doit former un « tablier » et retomber sur le haut du pubis. C’est également les même conditions pour une prise en charge d’un Bodylift.
  • Les cuisses et les bras : sont pris en charge dans le cas d’une perte importante perte de poids suite à une chirurgie de l’obésité dans le cas d’une obésité morbide (imc de 40 et plus).

Pour le visage, aucune prise en charge n’est proposée.

Les résultats de la chirurgie plastique réparatrice :

Les résultats sont excellents. le corps est sculpté et la silhouette remodelée.

Ces opérations ont un bénéfice psychologique sur les patients : confiance et estime de soi.

Une bonne hygiène de vie, sport, alimentaire, arrêt du tabac seront des éléments essentiels pour un résultat optimal.

Il est important pour les patients en perte de poids d’atteindre une certaine stabilité du poids avant de procéder à toute procédure de remodelage du corps. L es fluctuations de poids, gain ou perte, peuvent affecter le résultat esthétique de l’opération.
Il est considéré qu’un équilibre de poids d’au moins 6 mois à un an est nécessaire avant d’envisager une chirurgie réparatrice après amaigrissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *